Le prix de l'immobilier au m2 en Floride

prix immobilier floride

Beaucoup sont persuadés qu’acheter une maison en Floride ne relève que du domaine du rêve. Mais avec la crise immobilière que les États-Unis traversent depuis trois ans, concrétiser son rêve de devenir propriétaire est désormais tout à fait réalisable. Les prix ont, en effet, nettement baissé dans cet État prisé des amoureux du soleil et de la mer.

Des prix agréablement bas

C’est ce que tend à démontrer une étude comparative de Barnes, un bureau de conseil en immobilier international de prestige. Selon les conclusions de cette enquête, l’immobilier en Floride http://www.immobilier-agence.net/ est devenu largement accessible, beaucoup plus qu’à Paris, ou dans les stations balnéaires françaises (Côte d’Azur par exemple). Ainsi, si l’on se fie aux résultats de l’étude de Barnes, à l’heure actuelle avec 990 000 USD, il est tout à fait envisageable de se porter acquéreur d’une maison de 300 m2 entièrement rénovée, avec piscine et jacuzzi à Miami Beach, avec en prime un accès direct sur la baie. Un produit de ce type se vendait encore à 1,7 million de dollars en 2006. À titre de comparaison, le spécialiste de l’immobilier haut de gamme immobilier-luxe.net précise qu’un budget de 990 000 USD permet d’acheter une maison de 200 m2 avec vue sur mer à l’île d’Yeu (immoloch.com), ou de devenir propriétaire d’un appartement de 120 m2 avec vue exceptionnelle sur la mer à Nice, ou bien encore un appartement d’exception de 50 à 60 m2 dans les luxueux quartiers situés dans les VIe ou XVIe arrondissements de Paris. Ce budget permet également d’acquêt un appartement d’une centaine de mètres carrés dans le XIe ou le XVe. Même si les quartiers sont huppés, la superficie en Floride est donc sans commune mesure avec celle en France.

Les négociations vont bon train en Floride

Toujours selon Barnes, en mai 2007, lorsque la conjoncture immobilière était au summum de sa croissance, le prix médian d’une maison en Floride était de 400 000 USD. En janvier 2011, l’effondrement est plus que flagrant : le prix médian est passé à 163 000 USD. La chute des prix pourtant n’a pas permis dans un premier temps de relever la demande interne, d’où les efforts du gouvernement d’inciter les investissements extérieurs. L’étude de Barnes démontre également que fin 2010, le prix moyen du mètre carré en Floride se situait autour de 1 700 USD, soit 1240 €. Ces niveaux de prix particulièrement attractifs ont relancé le volume des transactions. En 2011, avec 415000 ventes, c’est à une hausse de 15 % par rapport à 2009 que l’on assiste en Floride : une première depuis le début de la crise immobilière. Et pour 2011, l’optimisme est au rendez-vous puisque les professionnels de l'immobilier, tels que Aktifimmo pensent réaliser beaucoup plus qu’avant la crise, soit autant qu’en 2005. Ce qui va, à terme, réduire l’offre de biens disponibles annonçant une remontée des prix. Cependant, il est toujours possible de négocier de fortes remises en Floride : les prix peuvent baisser jusqu’à 20 % notamment si l’on paye comptant. Ce qui est fréquent chez les acheteurs français qui ont souvent du mal à obtenir un crédit aux États-Unis.